Calcul du Bbio (Besoin bioclimatique)

Le calcul du Bbio en quelques points

Le calcul du Bbio ou étude thermique partielle, est l’une des 3 composantes de la règlementation thermique RT 2012. Accompagné des indices de la température intérieure conventionnelle (TIC) et de la consommation d’énergie primaire (CEP), cet indice permet de déterminer les besoins bioclimatiques de votre projet de construction.

Réalisée par un bureau d’étude indépendant mandaté par ACTIV’EXPERTISE, cette étude thermique permet notamment de déposer un permis de construire accompagné d’une attestation RT 2012 produite par votre diagnostiqueur ACTIV’EXPERTISE.

Un permis de construire est validé si le Bbio de votre projet de construction est inférieur au BBIO MAX RT 2012.

Attention ! Comme expliqué, le calcul du Bbio n’est qu’une composante de la réglementation RT2012 et à ce titre, il doit obligatoirement être complété par une étude thermique de votre projet avant le début des travaux. Ainsi, pour des économies financières et pour éviter de multiplier les démarches administratives, nous vous recommandons fortement de faire réaliser une étude thermique complète avant même le dépôt de votre permis de construire.

Pour en savoir plus sur la réglementation thermique 2012 (RT 2012), n’hésitez pas à consulter notre dossier qui lui est entièrement dédié.

DEVIS EN LIGNE

Comment est calculé le Bbio ?

L’indice Bbio est calculé en cumulant les besoins en énergie des composantes dépendant de la conception du Bâti. On retiendra pour ce calcul, le refroidissement et le chauffage ainsi que l’éclairage artificiel. Ce calcul est ensuite modulé en fonction de la position géographique et de l’altitude du bâtiment. Enfin, les maisons individuelles ou accolées bénéficient également d’une modulation qui permet de tenir compte de la surface afin de ne pas pénaliser les petites surfaces.

Ainsi le Bbio max est calculé de la façon suivante :

Bbio max = Bbio maxmoyen x (Mbgéo + Mbalt + Mbsurf)

Avec :

  • Bbio maxmoyen : valeur moyenne du Bbio max définie par type d’occupation du bâtiment ou de la partie de bâtiment et par catégorie CE1/CE2. La catégorie CE2 regroupe tous les bâtiments situés dans une zone de fort bruit (aéroport, voie rapide) obligeant la fermeture constante des fenêtres et donc un système de refroidissement actif ;
  • Mbgéo : coefficient de modulation selon la localisation géographique (carte des coefficients disponible ici) ;
  • Mbalt : coefficient de modulation selon l’altitude ;
  • Mbsurf : pour les maisons individuelles ou accolées, coefficient de modulation selon la surface moyenne des logements du bâtiment ou de la partie du bâtiment;

Le Bbio quant à lui (sans unité) pourrait se calculer simplement de la manière suivante:

Bbio = 2 x Besoin en Chauffage + 2 x Besoin en Refroidissement + 5 x Besoin en éclairage

Comment diminuer son besoin bioclimatique (BBIO) ?

Afin de diminuer efficacement votre Bbio, il faut bien comprendre que le choix de la marque ou du type d’équipement de chauffage n’influera pas sur le résultat du calcul. Par exemple, pour une chaudière à gaz ou une pompe à chaleur, le résultat sera exactement le même. On comprend ainsi mieux la notion de besoin défini dans le calcul du Bbio ci-dessus qui permet de concevoir des solutions efficaces pour faire chuter son indice Bbio.

Pour s’attaquer à la réduction du besoin en chauffage, on déploiera donc les solutions suivantes :

  • Intégrer la conception bioclimatique au projet avec notamment la maximisation des surfaces vitrées orientées sud afin d’augmenter l’apport solaire tout en minimisant celles présentes sur les façades orientées nord. La compacité du projet est également à prendre en compte. Une compacité élevée d’un bâtiment peut être comparée à une construction très compacte évitant les effets de surfaces déperditives.
  • Plus concret, augmenter l’épaisseur de l’isolation ou tout du moins améliorer grandement sa résistance thermique (R) par le choix d’un matériau adéquat.
  • Traiter l’ensemble des ponts thermiques afin de minimiser les déperditions énergétiques.
  • Choisir des ouvertures et menuiseries de qualité assurant une bonne isolation. Par exemple, du triple vitrage ou alors des ouvrants thermiquement optimisés.

Pour lutter contre la hausse du besoin en éclairage, on augmentera par exemple le nombre de surfaces vitrées tout en gardant en tête qu’il faut conserver un équilibre correct pour éviter une trop importante déperdition due à l’écart des performances isolantes entre un vitrage et un mur isolé.

Enfin, la réduction du besoin en refroidissement qui rentre directement en corrélation avec la température intérieure conventionnelle (TIC), peut être réduite de la façon suivante :

  • Augmenter l’inertie du bâtiment via notamment une sélection de matériaux isolants favorisant le déphasage tels que les isolants naturels (Bois, Chanvre, cellulose, …) ou encore un choix de matériaux de construction tel que la pierre ou le bois.
  • Ajouter des protections solaires adaptées telles que des volets, masques, pergola bioclimatique, etc.

Quand réaliser le calcul du Bbio ?

La pré-étude thermique de conformité du BBIO, appelée communément calcul du BBIO ou étude RT 2012 partielle, doit obligatoirement être réalisée avant le dépôt du permis de construire afin d’obtenir l’attestation RT 2012 obligatoire pour tout type de construction nouvelle.

Les actualités sur le Bbio et la RT 2012